La Mort avec un grand M, 1ère partie

Qu’est-ce que la vie? Il y a près de 4 milliards d’années, des molécules d’ADN se sont formées dans l’océan primitif et pouvaient se reproduire spontanément et facilement compte tenu de l’abondance de nucléotides (constituants de l’ADN, Acide DésoxyriboNucléique). Mais, au fur et à mesure que les conditions sont devenues plus difficiles, la compétition a augmenté et les ADN qui ont pu continuer à se reproduire étaient les mieux adaptés. Pour se protéger, ils prirent la forme de virus et de bactéries : structures qui enveloppaient l’ADN, permettaient une plus longue survie et facilitaient sa reproduction. Et au cours des deux milliards d’années qui ont suivi, plusieurs structures et mécanismes se sont développés dans les cellules primitives, entre autres, pour capter l’énergie nécessaire à la multiplication de l’ADN; par exemple, la photosynthèse qui recueille l’énergie solaire.  Puis, il y a un peu plus de 2 milliards d’années, des cellules eucaryotes (avec un noyau) se sont déployées (l’ADN dans le noyau y étant doublement protégé).

L’ADN se reproduit en se dédoublant et bien sûr, la cellule qui le protège se dédouble elle aussi; donc, la cellule « meurt » pour donner naissance à deux cellules filles. Les ADN qui persistent sont ceux qui se reproduisent le plus efficacement. Certaines cellules ont même acquis la capacité de « bouffer » d’autres cellules. Une guerre permanente entre ADN s’est installée.

L’invention de la sexualité s’est produite, parce qu’en se combinant, les ADN pouvaient mettre en commun leurs trouvailles mutuelles et ainsi augmenter leur chance de survie.

Il semble que c’est lors d’ères glaciaires généralisées (il y a environ 800 millions d’années) où la terre entière était couverte de glace et où la vie n’a pu persister que près des sources hydrothermales que les premiers regroupements organisés de cellules et les premiers animalcules sont apparus; des conditions difficiles nécessitant une sorte de travail d’équipe. Ainsi, ce fut les premiers organismes où plusieurs cellules se sacrifiaient, abandonnaient leur rôle reproductif pour un rôle d’assistance aux cellules reproductrices de l’organisme. Et quand ces dernières avaient joué leur rôle, c’est-à-dire s’étaient transformées en nouveaux organismes (donc, avaient multiplié leur ADN), l’organisme parent n’avait qu’à être jeté.

Et le processus de l’évolution s’est poursuivi; des organismes de plus en plus complexes, avec de nombreux organes spécialisés, se sont épanouis; puis, chez certaines espèces, le système nerveux s’est développé, créant des animaux avec des sens et une conscience. Mais, ces organismes n’étaient toujours et ne sont encore que des mécanismes de reproduction de l’ADN; quand un organisme a joué son rôle primordial consistant à permettre à ses cellules reproductrices de créer de nouveaux organismes semblables, il n’a plus qu’à mourir (entre temps, chez certaines espèces sociales, il peut toujours aidé d’autres organismes qui a le même ADN à se reproduire; il existe aussi des espèces où certains individus renoncent à leur capacité de reproduction pour assister les individus reproducteurs).

En conclusion, notre rôle est de nous reproduire et ensuite nous n’avons qu’à mourir, nous ne sommes plus utiles, nous avons accompli ce pour quoi nous sommes faits: multiplier notre ADN.

La Mort avec un grand M, 2ème partie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s