Les arts et les sports de spectacle

(Point de vue d’un extra-terrestre)

Dans la vie ou, je devrais dire, la survie, l’humain ressent de nombreuses émotions qui le guident dans ses décisions; on sait d’ailleurs que les émotions l’influencent bien plus que la raison dans ses choix. Par ses neurones miroirs, il peut faire preuve d’empathie, c’est-à-dire ressentir les émotions que ses congénères ressentent; c’est ce qui en fait un animal social. Les émotions peuvent être joyeuses ou tristes; mais généralement, elles vont produire des effets recherchés de stimulation ou d’apaisement, selon le cas. En fait, l’humain recherche les émotions, c’est souvent son unique raison de vivre!

Les arts et les sports provoquent, chez l’exécutant (l’artiste ou le sportif) et encore plus chez le spectateur (encore grâce à ces fameux neurones miroirs) des émotions qui ont été programmées dans le cerveau pour des besoins de survies (comme 1. la peur d’être attaqué, 2. le plaisir de reconnaitre sa proie dans les broussailles, de la chasser et la tuer, 3. l’agressivité du combat contre le clan adverse ou contre un rival, 4. la douceur d’aimer ses proches, 5. dans le cas d’une souffrance comme la perte d’un être aimé, le soulagement que procurent ses pleurs, ou 6. simplement l’émerveillement face à la nature qui stimule la curiosité et l’effort de compréhension et contribue ainsi à la survie); donc, par les arts et les sports, l’humain peut ressentir, sans trop de risques et d’efforts (surtout pour le spectateur), les mêmes émotions que dans les durs évènements de la survie. C’est que dans les sociétés civilisées, les sources d’émotions peuvent être insuffisantes et ce sont les arts et les sports qui comblent le déficit. (C’est un peu comme le chien qui renifle tous les poteaux ou qui court après une balle; il cherche à satisfaire son besoin d’émotions que sa vie de salon ne comble pas.)

La musique s’est développée quand, à cause de phénomènes neurologiques qui restent à élucider, les humains constatèrent que le fait de taper de façon rythmique avec un bâton ou leurs mains sur un corps résonnant  stimulait à danser et produisait des émotions (peut-être parce que cela simule des actions rythmiques telles que la course après une proie, la respiration, les battements du cœur, les bercements de l’enfant, les relations sexuelles, etc.) et que de souffler dans un tube et de faire vibrer une corde produisaient des sons agréables (simulant la voix humaine ou d’autres sons naturels tels que les cris d’animaux ou le bruit du vent). Puis, les techniques musicales se sont grandement complexifiées et raffinées au point de pouvoir faire ressentir des émotions  subtiles, parfois affectées ou auto-stimulées, surtout chez ceux qui sont initiés ou habitués à ces techniques, chez les personnes « cultivées ». Ces émotions peuvent parfois être si poignantes que certaines personnes y attribuent quelque chose de divin.

Puis, constatant que, traçant des lignes dans le sable avec un doigt,  ils y reconnaissaient parfois et avec étonnement, l’image d’un objet ou d’un animal familier; ou ils pouvaient reconnaitre dans les formes d’un rocher ou dans les surfaces des murs d’une grotte, ou dans la motte de glaise fraichement modelée, certaines formes familières (c’est que le cerveau humain est programmé pour reconnaitre facilement la silhouette de l’animal chassé ou de l’objet convoité). C’est ainsi que se sont développés les arts visuels qui ont, au cours des siècles, atteint un haut degré de technicité. Comme par magie, l’artiste peut faire apparaitre des êtres familiers ou imaginaires; donc, il peut créer chez le spectateur toutes sortes d’émotions allant de l’ébahissement à l’indignation. Dans ce cas, comme pour la musique, le fait d’être initié à cet art peut faire ressentir des émotions  subtiles, parfois affectées ou auto-stimulées.

Avec le développement du langage, le conteur pouvait reproduire les évènements passés ou en créer de toutes nouvelles; il pouvait ainsi faire vivre virtuellement, mais avec toutes les émotions impliquées, ces évènements aux auditeurs. Puis, le théâtre et le cinéma ont développé ce filon artistique.

Quant aux sports, en particulier ceux où deux personnes ou deux équipes s’affrontent, ils peuvent faire ressentir les émotions, mais sans danger, que les humains primitifs pouvaient ressentir lors de luttes entre clans ou entre rivaux pour établir leurs territoires ou solidifier leurs suprématies afin de pouvoir se reproduire.

Plusieurs estimaient et estiment qu’il y ait quelque chose de magique, de transcendant dans le fait que les artistes, en créant des sons, des formes, des histoires ou les sportifs, par leurs compétitions, puissent induire en eux de fortes émotions sans qu’ils aient à faire un effort particulier; il suffit d’avoir les yeux et les oreilles bien ouverts! C’est sans doute pourquoi ils font, de ces artistes et de ces sportifs, des idoles, des stars et qu’ils construisent des temples pour eux. Mais, en fait, il ne s’agit pas de dieux, ni même de demi-dieux; ils sont des humains qui ont appris leur art ou leur sport, souvent à la dure, et ont manifesté un talent et une motivation hors du commun; et par leurs spectacles, toujours grâce aux neurones miroirs, ils font ressentir toutes sortes d’émotions aux spectateurs: des émotions simples ou, si ces derniers ont eux-mêmes joué à cet art ou à ce sport, des émotions plus raffinées mettant à contribution leur intellect: ils peuvent par exemple admirer l’imagination, l’intelligence, l’innovation, la témérité que démontre l’artiste ou le sportif.

Par l’art ou le sport, l’humain s’approcherait des dieux; l’art donnerait accès au Beau, le sport, à la Force. L’artiste et le sportif, comme le sorcier, le devin, l’astrologue sont comme des initiés que les gens vénèrent parce qu’ils les croient investis de pouvoir divins, de sciences inaccessibles au commun des mortels.

On devient artiste ou sportif comme on devient saint: on veut se démarquer et avoir accès au transcendant. On veut être reconnu et admiré. Bien sûr, cette transcendance n’est qu’un leurre et l’admiration ne vient pas ou ne dure qu’un temps; et bien souvent, l’artiste ou le sportif vieillissant s’en rend compte et constate avec dépit la vanité de ses efforts.

L’artiste et le sportif de spectacle ne sont finalement que des habiles manipulateurs des circuits cérébraux qui gèrent les émotions. Est-ce qu’ils ne sont que des profiteurs des besoins d’émotions des autres ou fournissent-ils à la société des soupapes qui contrôlent l’énergie émotive explosive des humains? Qu’en pensez-vous?

2 commentaires pour Les arts et les sports de spectacle

  1. Bonjour Pierre,
    Ne suis pas sûre que l’on devienne artiste ou sportif juste parce qu’on l’a décidé. Nous naissons avec un patrimoine génétique et certains avec des dons exceptionnels qu’ils n’ont pas d’autre choix que de développer ou d’utiliser les doigts dans le nez. Ce ne sont pas des manipulateurs. Ce sont des êtres qui ne peuvent se réaliser qu’avec « ces compétences », indépendamment du « qu’en dira-t-on ». Il en va de leur survie. Soit ils développent ce pour quoi ils sont faits, soit ils se suicident pour les plus lucides car c’est leur seule façon de supporter leur passage dans ce bien imparfait monde, soit ils ratent de toute façon leur Vie . Un de mes neveux , surdoué intellectuellement et à l’âge de 9 ans un jazzman de l’improvisation au piano hors du commun , comme Mozart dans son style, l’ a arrêté vers 13 ans pour n’utiliser que sa « douance » intellectuelle… A 23 ans , le 1er janvier de cette année, il s’est pendu dans son garage…

    • Chère Françoise,
      Je suis bien triste d’apprendre le suicide de ton neveu. Je suppose que tu veux dire qu’il a arrêté « l’école » (?) vers 13 ans…
      Je te remercie de lire mon blog!
      Le mot « manipulateur » est peut-être un peu fort; disons que les artistes sont habiles par leur art à stimuler certains neurones de leur cerveau ou de celui des autres qui produisent des émotions. Des émotions qui parfois peuvent devenir intolérables… par leur intensité ou par leur vanité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s